Un peu d' histoire

Qui était Marie Durand ?

Depuis la révocation de l' Edit de Nantes, en 1685, le protestantisme est interdit en France. Ceux qui continuent à célébrer le culte dans des assemblées secrètes sont arrêtés. Marie, issue d' une famille de notables du Vivarais, n' a plus revu sa mère depuis l' âge de 4 ans. Celle ci a été arrêtée après avoir reçu une assemblée illicite dans sa maison.

mariedurand-2.jpg

Son frère Pierre Durand, est pasteur et, à ce titre, il est poursuivi par l' intendant de Bernage qui, ne pouvant le saisir, se venge sur sa famille.

Leur père Étienne Durand, emprisonné en 1728 au fort de Brescou, près d'Agde, confie Marie, avant de partir, à Matthieu Serres qui l'épouse.

En 1730, les dragons du roi saisissent Matthieu Serres, qui rejoint Etienne Durand au fort de Brescou, et Marie Durand qui est enfermée à la tour de Constance à Aigues-Mortes.

Pierre, âgé de trente ans, est pendu le 22 avril 1732 sur l'Esplanade de Montpellier. Son père ne sort de prison qu'en 1743.

La captivité de Marie Durand durera 38 ans. Enfermée avec une vingtaine d'autres femmes de tous âges et de toutes conditions, elle va vivre dans la pauvreté, le froid, la promiscuité. On attribue à Marie le mot "REGISTER" (résister en occitan affirmation à prendre avec précaution car en Occitan résister se dit : subrestaire ou resistir, cette forme de "G" est plutôt un "S" mal fini mal gravé) gravé dans la pierre d'une margelle au centre de la salle commune. Résister, c'est ce que va faire Marie Durand tout au long de sa captivité, refusant toujours d'abjurer sa foi, exhortant ses compagnes et écrivant de nombreuses lettres : lettres de suppliques ou de remerciements à ceux qui envoyaient des secours ; lettres adressées au pasteur nîmois Paul Rabaut chargé de s'occuper des prisonnières et à sa nièce, Anne, fille de son frère Pierre réfugiée à Genève.

En janvier 1767, le prince de Beauvau, gouverneur du Languedoc, visite la tour, il est révolté par le sort des femmes encore emprisonnées et les libère. Un ministre de Louis XV essaie de s'y opposer, Beauvau offre sa démission … Quatorze femmes sont libérées, dont une (Marie Robert) avait été enfermée 41 ans. Marie Durand sera libérée le 14 avril 1768 et il faudra attendre le 26 décembre 1768 pour que les deux dernières prisonnières soient libérées.

Marie Durand meurt dans sa maison natale au Bouchet-de-Pranles en 1776. Le musée du Vivarais protestant y est établi. La paroisse Réformée d'Amnéville (Moselle) a donné le nom de Marie Durand à sa petite salle de réunion inaugurée le 17 mai 1987 en présence de Thérèse Klipffel, présidente de l'ERAL (Église Réformée d'Alsace et de Lorraine). Le pasteur Jean-Jacques Delorme a composé une chanson en hommage à Pierre et Marie DURAND, intitulée "au fin fond du Vivarais". Il l'a interprétée dans leur maison natale le 17 août 1998 et enregistré sur un CD, paru en 2000. Le lycée agricole (LEGTPA) de Nîmes-Rodilhan (Gard) porte le nom de Marie Durand, depuis 2006.

Marie Durand restera un exemple de foi, de résistance et de courage.
 

aiguesmortestourdeconstancephareregister-5.jpg

Quelques dates

1844 : Création d'un pensionnat pour demoiselles chez un pasteur (protestant) et son épouse. Au début, les pensionnaires recevaient un enseignement dans la maison même, jusqu'au brevet élémentaire.

1844b-1.jpg

1939 : Les pensionnaires sont disséminées dans les établissements nîmois et l'école est réduite à un jardin d'enfants.

1943 : La guerre : Des enfants juifs, des résistants sont hébergés dans l'école. Après un bombardement, les sœurs franciscaines dont la clinique a été réduite, trouvent refuge dans l'école. Le deuxième étage est transformé en chapelle catholique où le père supérieur vient célébrer la messe. Cohabitation fraternelle et enrichissante .

1944 : A la libération, des combattants du maquis sont hébergés dans l'école Marie Durand. Il y a une croissance de l'établissement. L'école empiète sur les salles d'études réservées du pensionnat.

1974 : Créations successives de nouvelles classes avec l'aide de la Communauté protestante de Pomeyrol. Sœur Berthe sera directrice de l'école.

1990 : Fermeture de l'internat. L'école s'agrandit.

2002 : Inauguration des nouveaux bâtiments de maternelle.
 

Aujourd'hui

L'école Marie Durand est d'inspiration protestante, mais ce n'est pas un lieu réservé aux protestants ou réservé à une certaine forme d'instruction religieuse protestante. C'est une école où l'on pratique l'éveil à la foi chrétienne, à la culture biblique. C'est un lieu de vie où foi et activités quotidiennes se rencontrent.   

C'est une école privée sous contrat d'association avec l'état. Elle compte 210 élèves répartis en 8 classes : 3 classes de maternelles et 5 classes de primaires. Elle accueille les enfants à partir de 2 ans et demi. L'école désire conserver un caractère familial et l'équipe des enseignantes est heureuse de garder le contact avec les anciens élèves.

 

L' esprit de Marie Durand c' est :

- Un enseignement dispensé selon les programmes officiels de l' éducation nationale 

- Des professeurs qualifiés et impliqués dans la réussite de leurs élèves

- Un encadrement bienveillant, un encouragement du travail bien fait et une transmission de connaissances solides

- L' enseignement de l' anglais dès la petite section de maternelle

- De nombreuses sorties culturelles organisées

- Une cantine traditionnelle avec une majorité de produits BIO

- Une école familiale où il fait bon vivre ...

 

Le fonctionnement de l' école Marie Durand est fondé sur les relations partenariales avec tous ceux qui constitue la communauté éducative, le conseil d' administration, les enseignantes, l' association des parents d' élèves, le personnel et la direction.

Bienvenue à l' école Marie Durand !